Mouvement raelien

L'attaque des clones

(Source :Har'retz du 31/08/2002 - traduction Xavier Martin-Dupont)

Le mouvement de Raelian croit que des extra-terrestres ont créé la première fois les êtres humains à Jérusalem. Maintenant ce groupe, qui a installé un service humain mondial de clonage, essaye désepérement d'établir une ambassade là où tout a commencé

Par Tamara Traubman

Il y a deux ans, un homme d'affaires israélien prospère a été diagnostiqué avec une maladie mortelle. La maladie atrophie son corps de sorte que, jour après jour, il perd la capacité d'exécuter des fonctions corporelles élémentaire et des actes courants. Concluant que la vie d'une personne dépendante des autres ne vaut pas la peine, il a cessé de suivre son traitement. Agé de 80 ans et sans enfant, il a décidé, quand la fin serait proche, qu'il voulait laisser quelque chose derrière lui. Il est rapidement devenu hanté par l'idée que ce quelque chose devrait être un enfant cloné - un enfant qui lui soit génétiquement identique - .

Le businessman ne vivra pas pour élever cet l'enfant, mais il voit sa mort prématurée comme une "mésaventure " malheureuse et croit que ses gènes méritent une deuxième chance. Si ceci s'était produit il y a cinq ans, cet homme d'affaires aurait dû se contenter de l'utilisation de moyens habituels des personnes aisées pour perpétuer leur mémoire - comme une nouvelle salle d' hôpital pour enfants ou un centre culturel portant son nom. Aujourd'hui, par ailleurs, avec le génome considéré comme un " héros culturel " et appelé le " livre de la vie ", son souhait est de perpétuer... ses gènes. Et vu l'enthousiasme actuel pour les merveilles de la biotechnologie, avec beaucoup d'autres personnes partageant sa foi métaphysique dans la puissance de la génétique, l'occasion de réaliser son rêve devient plus réaliste.

Un groupe qui partage cette foi est le mouvement de Raelien, un mouvement religieux orienté sur la science, qui épouse le clonage comme article de la foi. Il y a environ 18 mois, l'homme d'affaires et les Raeliens se sont trouvés (par l'Internet, naturellement). Les conséquences de cette rencontre renouvelé le débat sur oui ou non des êtres humains devraient être clonés et, si oui, dans quel but.

Le désir d'être cloné n'est pas limité à des " mégalobiomaniaques "; il y a également des parents souffrant qui ont ce désir. Ils reconnaissent que le clonage ne peut pas leur donner exactement le même enfant, plus encore, qu'il sera élevé dans une époque et dans un environnement différent par des personnes qui auront été irrévocablement changées par sa disparition. Cependant, ils aspirent à cloner un être qui ressemblera, quoique difficilement, avec l'être précieux qui a été perdu , dans l'espoir vain de le ramener à nouveau à la vie.


E.T.et Elohim

Le businessman en question a investi dans Clonaid, une compagnie fondée par les raëliens. L'investissement serait d'environ 1 millions de dollars US, ont-ils affirmé (les raëliens ndt). Tandis qu'il est peu probable que les raëliens réussiront, le fait est qu'ils ont environ 50 adeptes sincères - femmes prêtes à donner leurs ovules et à servir de mères porteuses pour un foetus cloné. Le clonage s'est avéré jusqu'ici très inefficace, parce que les échecs dépassent de loin en nombre les succès : Seulement deux ou trois sur toutes les 100 tentatives de clonages animales ont eu comme conséquence une naissance. Selon le professeur Don Wolf du centre régional de recherches sur les primates de l'Oregon, un leader scientifique dans ce domaine, "quand vous regardez les préalables critiques au clonage - argent, oeufs, un utérus de remplacement, détermination et patience - le groupe des raëlinbs les a tous." Pour ces raisons, dit Wolf, ils doivent être pris au sérieux.


Cela n'est pas toujours facile à faire, particulièrement en écoutant la prédication de Raël, le chef du mouvement - un français, ancien pilote automobile, enthousiaste de voitures de course qui aime à se vêtir de tenue tout en blanc, " réminiscence " de Flash Gordon. Par téléphone, sa voix a une qualité de velours pendant qu'il décrit, avec un léger accent, comment en 1973 il a rencontré un étranger qui a débarqué de sa soucoupe volante sur un volcan en France méridionale: " il mesurait environ 1,20 mètres de haut. Ses yeux étaient un peu bridé, comme ceux des asiatiques." L'extra-terrestre (qui a parlé " en articulant, cependant avec une voix légèrement nasillarde ") a dit à Raël que la vie sur terre a été créée par des extra-terrestres ayant une connaissance avancée de la génétique. Ces extra-terrestres sont les " Elohim " (c'est bien!), un mot dont la signification en hébreu antique, selon Raël, était " un dieu qui est venu du ciel." Les extra-terrestres ont emmené Raël sur leur planète, explique-t-il, où de gracieuses robots femelles ont réalisé ses vux quels qu'il fussent " le 'bain' le plus inoubliable de ma vie". Ses expériences sur la planète étrangère ont persuadé Raël l'amoureux du plaisir que sa tâche était d'apporter le message des Elohims au monde.

Susan Palmer, une sociologue canadienne qui étudie les raëliens, croit qu'ils sont numériquement entre 20.000 et 30.000 personnes dans 80 pays différents, y compris l'Israël. Le raëliens ne sont pas sans ressources: le Professeur Jeffrey Hadden, sociologue d'une université deVirginie qui étudie les mouvements religieux, estime que le raëliens ont réunis 7 millions de dollars pour établir une " ambassade " à Jérusalem, où ils croient que les Elohims ont commencé à créer les êtres humains. Dans le bureau du mouvement à Tel Aviv, il y a un gros dossier contenant des copies de leurs demandes, et des refus répétés, des autorités israéliennes au sujet de l'ambassade.

La branche israélienne du mouvement de raëlien est dirigée par Léon Mellul, dont le titre officiel est "chef counselor." Il dit qu'il y a de 360 raëliens en Israël. Ils croient qu'il faut apprécier la vie; ils méditent et se rencontrent une fois par mois dans un hôtel à Tel Aviv. Les raëliens en Israël ne sont pas tout intéressés par le clonage, explique-il, parce qu'ils pensent que siaujourd'hui la technologie permet la conservation du matériel génétique, les mémoires ne peuvent pas être conservé.


Le tabou brisé

D' un autre côté, le Dr. Brigitte Boissellier, la scientifique responsable chez Clonaid, fait une impression très professionnelle, bien que parler avec elle soit très étrange. Elle affirme qu'elle a un laboratoire dans " un des pays où le clonage n'est pas interdit, " mais refuse de nommer le pays. " vous comprenez, je ne veux pas voir une nouvelle législation passée par là le mois prochain, " dit-elle, en riant.

Boisselier a deux doctorats, un en " chimie physique " de l'université de Dijon, l'autre de l'université de Houston (Texas). Avant de rejoindre le mouvement raëlien, elle était chef de projet de recherche à la compagnie de chimie française Airs Liquide. Chez Clonaid, elle affirme, qu'elle a constituer une équipe de recherche de six membres, des scientifiques et des médecins: deux biologistes, deux biochimistes et deux médecins - un expert dans le domaine de la fertilisation in vitro, et l'autre un obstétricien.

Etant donné toute la confusion entourant le sujet, c'est une question qui inquiète, dans beaucoup de pays, une législation complète pour interdire le clonage n'a pas encore pris forme. L'Attorney Gali Ben-Or du ministère de la justice déclare, par exemple, qu'aux Etats-Unis, des fonds fédéraux pour la recherche ne peuvent pas être employés pour les travaux liées au clonage humain, mais que les entreprises privées et anonymes peuvent faire cependant ce qu'elles veulent avec leur argent. Et, en effet, en novembre dernier, la société américaine de biotechnologie Advanced Cell Technology a signalé qu'elle avait cloné un embryon humain. Toutefois, le succès était partiel, (l'embryon a vécu seulement à l'étape où il est composé de six cellules), et la compagnie a déclaré que, de toute façon, elle n'avait aucune intention de permettre à l'embryon de se développer en bébé, car il devait être employée pour la production des cellules souches - mais elle brise là aussi un autre tabou.

En Israël, la Knesset a adopté une prétendue " loi de clonage " en 1998 qui a temporairement interdit l'utilisation du clonage comme technique de remplacement pour les traitements existants de l'infertilité. L'interdiction expire en2004. En attendant, le comité qui, en vertu de la loi, était censé surveiller les développements (du clonage) dans le monde entier et soumettre des rapports annuels avec des recommandations n'a même pas encore soumis un premier rapport.

La lettre de la loi implique qu'il n'y a aucun problème intrinsèque avec le clonage, simplement un problème " technique " parce que la méthode n'est pas fiable. Un des défenseurs de la méthode est le professeur. Michel Ravel, lauréat du prix d' "Israël de la médecine professionnel et président du Comité consultatif de Bioéthique de la " National Academy of Sciences ". Le clonage, dit-il, si c'est jamais fait avec précaution, ne nuira pas à la dignité humaine. Au contraire, pense-t-il : Si le système peut aider les couples stériles, il pourrait entrer en résonance avec le commandement soyez fructueux et multipliez vous.

Boissellier indique que la liste d'attente de Clonaid comporte des milliers de noms. Environ la moitié sont des couples stériles, mais il y a également beaucoup de gens qui veulent cloner l'un de leurs parents morts (" certains sont en Israël; des gens qui ont perdu des membres de leur famille dans une guerre ", précise-t-elle) " et également quelques couples gay ". Pour cloner un enfant que vous avez perdu, " explique-t-elle matériellement, " nous devons préserver ses cellules très rapidement. Dans le meilleur des cas, dans un délai de moins de 24 heures après la mort. Les gens nous envoient plus particulièrement des cellules empaquetées par la poste, ou nous y a allons nous-mêmes et prélevons les cellules."


Mais quoi ou qui, les parents comptent-ils en retirer ? " Ils savent que ce ne sera pas la même personne. Nous discutons de ceci avec eux, " explique Boissellier, se lançant dans l'un de ces discours dans lesquels chaque élément par lui-même semble logiques, mais dont la somme du total est complètement tordue ." quand vous êtes un parent, vous avez un enfant, un enfant très spécifique avec son propre ADN, et vous n'êtes pas en mesure d'élever cet enfant au point où il pourra apprécier la vie et laisser sa marque dans le monde, vous avez un choix le laisser partir pour toujours, de nouveau à la poussière - ou préserver l'ADN, cet ADN spécial, et apporter une nouvelle naissance jumelle de cet enfant, au monde, et essayer d'élever l'enfant, le voir fleurir et se transformer en quelqu'un. Voila ce que ces gens pensent. "


Révéler le secret de la vie

" La révolution génétique et le projet pour interpréter le génome humain ont changé notre pensée, et sont perçus comme étape vers la révélation du secret de la vie lui-même, " dit Vardit Ravitsky, qui rédige sa thèse de doctorat à l'université de Bar-Ilan sur l'éthique et la génétique. " l'idée de l' " autoperpétuations " par l'intermédiaire de la " perpétuation de mon ADN " a un poids symbolique et émotif énorme. La notion que, si un autre être humain est né qui porte mon ADN, pris dans un certain sens " Je " continue à exister et ma mort de mon point de vue est " moins " finale , est vraiment la dernière idée en date dans une longue tradition humaine pour lutter contre la " finalité " de notre mortalité en " laissant notre marque ": pour laisser la progéniture que nous avons élevé, un livre que nous avons écrit, un bâtiment nous avons construit, une peinture que nous avons peinte, un certain " message. " Dans ce sens, faire rester mon ADN après peut être conçu en tant qu'une manière de plus de laisser quelque chose de moi. Le problème est la facilité avec laquelle - apparemment - les gens commenceront à penser, non pas en termes de " perpétuation " mais en termes d' " assurer ma propre immortalité. " C'est une conception déterministe dans le sens vrais que le clone " sera réellement un autre je " qui vivra après moi.


Les " adversaires du clonage" arguent du fait que le clonage encourage notre prédisposition culturelle à ne pas accepter la mort en tant qu'élément de la vie. Dans cette vue, la médecine moderne nous a enseigné que nous pouvons et devrions lutter contre la mort avec l'aide de la technologie, qui peut prolonger nos vies de façon incroyable et que le clonage est une autre étape dans la même direction: cette mort est une " mésaventure " ce que nous seront bientôt peut être en mesure de surmonter "

Liz Catalan et d'autres comme elle estime que la technologie du clonage remplira certain vide dans leurs vies. Catalan vend des croisière organisée à Miami. À 36 ans, quelques années après avoir épousé son mari, Marco, elle a découvert que ses ovaires ne produisaient plus d'ovules. Les médecins lui ont dit que la seule manière d'être enceinte serait d'utiliser des dons d'ovules, mais elle n'est pas intéressée à porter l'enfant d'une autre femme, et préfère l'idée de donner naissance à sa propre soeur jumelle.

Il y a quelques semaines, dans une entrevue avec NBC-TV, Catalan a rapporté" qu'elle avait envoyé les documents médicaux au Dr. Zavos Panayiotis, qui effectué la fertilisation in vitro dans le Kentucky et qui a annoncé des plans pour cloner un jeune enfant humain, avec une demande pour être placé sur sa liste d'attente".

" Combien de personnes qui disent non - au clonage reproductif, ou au clonage thérapeutique pour la recherche - changeraient d'avis s'ils étaient en ma position? " se demande Catalan. les " gens vont toujours le faire, " dit-elle. " ils iront simplement dans un autre pays. "


Des liens familiaux flous

" Je vois le clonage comme prescription pour la solitude fondamentale de chaque personne, " dit Randy Wicker qui anime le site Internet : "Human Cloning Fondation" qu'il a ouvert après que l'annonce ait été faite de la naissance de Dolly, le mouton cloné, en 1997. " la plupart des personnes se sentent très seules et isolée. Il y a un manque total de communication entre les générations. Avec le clonage, nous aurons des familles qui sont beaucoup plus étroites. " Et que diriez-vous des problèmes qui sont amenés à survenir dans les relations de famille en raison du clonage? Questionne Ravitsky. " Les frontières entre générations deviendront brouillées quand il n'est pas clair de qui on est l'enfant, et de ce que doivent être les rapports de famille créés par le clonage: Un " Père ", en fait, sera son enfant " jumeau identique "; une " mère " donnera naissance à sa propre " jumelle identique " ; la volonté des grand parents est d'être des parents génétiques de leurs " petits-enfants ". " " Il y aura des confusions énormes au sujet des rapports de famille. "


Quoi qu'il arrive, dit Wicker, qui passe beaucoup d'heures chaque jour à répondre aux questions de personnes qui pensent que le clonage est déjà disponible et qui veulent savoir comment l'utiliser. Il leur explique que le clonage n'est pas encore une option pour des personnes, et les encourage à essayer d'autres possibilités en ce moment - comme l'adoption. Il les invite toujours à s'associer à la bataille pour changer le sentiment des personnes au sujet du clonage humain.


" Tant de choses peuvent aller mal dans le clonage, " déclare le Dr. Amir Arav de l'institut de Volcani. " quelques animaux clonés naissent plus grand que la normale, d'autres avec des défaut de santé, cardiaques ou respiratoires; il y a des anomailes dans l'ADN, et les test existant ne peuvent pas les révéler toutes."

Boissellier est-elle inquiète que des défauts vus chez tant d'animaux clonés puissent apparaître chez un nourrisson humain cloné ? " Nous suivrons le développement du foetus très de près, " répond-elle. " un enfant malade ne naîtra pas. " Mais la plupart des scientifiques sont sceptiques au sujet de leur vraie capacité à tenir cette promesse. La plupart des foetus clonés n'atteignent jamais la maturité, mais finissent leurs vies pendant la reproduction de cellules. Les mères porteuses potentielles sont-elles conscientes du fait qu'elles pourraient devoir subir un avortement si leurs foetus se révèle avoir des défauts ? Oui, dit Boissellier, et elle passe au téléphone sa fille, Marina Cocolios, 23, une étudiante en art, qui a été choisie pour servir de première mère porteuse. " Je pense que cela est si beau, je le vois comme cadeau à l'humanité, "dit Cocolios. " j'ai toujours voulu un enfant, mais je n'ai jamais eu le temps. "


Comment le clonage fonctionne

Dans le clonage, une cellule est prise sur un animal adulte et le noyau de la cellule - où presque tout le matériel génétique est localisé - est injecté dans un oeuf vide, dont le noyau a été enlevé. Pour faire que l'oeuf vide et son noyau adulte s'unissent pour développer un foetus, un processus habituellement lancé par le sperme, une petite charge électrique, est employée, qui " anime " l'oeuf fertilisé. Les chercheurs d'Edimbourg qui ont cloné Dolly ont démontré quelque chose qui avait été jusqu'ici considéré impossible: que l'ADN dans la cellule mature, qui avait déjà accompli son but spécifique et avait mûri, pourrait " être trompé " , se diviser et se comporter comme s'ils étaient un oeuf nouvellement fertilisé. À l'étape suivante, qui n'est pas particulièrement compliquée, le foetus est implanté dans l'utérus d'une mère porteuse.



Mouvement raëlien


Home Page

Sectes = danger !