La secte Moon non reconnue par des églises chrétiennes


Point de vue de Mgr Vilnet, évêque de Lille

(source: Bulles du 1er trimestre 1988)

" Rien à voir avec une Église. Quand nous parlons d'Eglise, c'est une communauté de croyants, et de croyants en Jésus-Christ. Rien de tel dans la secte Moon. Le nom de Moon, le fondateur, qui se présente comme une sorte de Messie, nous ne pouvons absolument pas le suivre. Quand on pense à la façon dont il embarque dans sa secte des jeunes, jeunes gens, jeunes filles, faisant des mariages forcés, drainant l'argent on ne sait d'où, n'importe qui peut dire qu'il a eu une révélation. Mais nous, nous avons une tradition, nous savons qui est Jésus-Christ, nous savons ce qu'est son Eglise, les fruits produits dans le monde, même si, à certains moments, l'Eglise catholique régresse, alors qu'elle progresse dans d'autres endroits. Non vraiment, rien à voir entre le Messie qui est pour nous Jésus-Christ et ce pseudo-Messie qu'est Moon. "


Pour les évêques catholiques japonais, la secte Moon n'est pas chrétienne

(source: Bulles du 4ème trimestre 1985)

Les évêques catholiques japonais sont inquiets de l'attraction qu'exerce sur de nombreux catholiques nippons, notamment des jeunes, la secte du révérend Sun Myong Moon, a confié à l'AFP à Rome, Mgr Stephen Hamao, archevêque de Yokohama.

Les évêques, réunis en juin dernier pour l'une de leurs assemblées bisannuelles, ont adopté un document mettant sévèrement en garde les fidèles contre la propagande de la secte syncrétiste.

Celle-ci revendique quelque 600.000 fidèles au Japon - alors que les catholiques sont environ 400.000 - mais ses chiffres sont mis en doute par Mgr Hamao qui se trouve à Rome avec quinze autres évêques japonais en visite " ad limina " (visite que chaque évêque doit faire au Saint-Siège tous les cinq ans).

Les " Moonistes ", explique-t-il, organisent fréquemment congrès, concerts ou autres manifestations culturelles, sans même mentionner le nom de leur " église " et font signer un livre à tous les spectateurs estimant que ceux-ci adhèrent ainsi à leur " religion ". Selon l'archevêque de Yokohama, les " propagandistes " du révérend Moon utilisent " l'amitié " comme argument pour attirer les jeunes.

Dans leur document, les évêques japonais ont expliqué aux fidèles que les règles de la coopération oecuménique ne jouaient pas pour la secte Moon, car celle-ci ne peut être considérée comme chrétienne.

(Source : AFP - 30 août 1985).