Pris Vivant!

Le Japan Times Hebdomadaire
18 Nov. 1995

Ou etait Daisaku Ikeda, le patron de la Soka Gakkai, au moment ou la Diete le recherchait? Notre Hebdomadaire l'epingla au Nepal -- et obtint un entretient exclusif! Notre envoye a Kathmandou decouvrit aussi un rassemblement d'agents de la SGI dans le royaume Himalayien.

Les hebdomadaires Japonais Shukan Bunshun et Shukan Jitsuwa conjecturerent recemment que Daisaku Ikeda, president honoraire de la Soka Gakkai et president de la Soka Gakkai Internationale, quitta discretement le Japon pour eviter d'etre questionne par la Diete au sujet de la tentative en cours d'amender la Loi sur les Associations cultuelles. Le Bunshun signala qu'Ikeda redoutait de prendre la parole lors de rassemblements publics a cause de son accent plutot curieux -- ce qui pourrait reveler des indices sur ses origines.

Aussi, ou avait disparu cet homme mysterieux? Sachant qu'il est aussi insaisissable que le legendaire Yeti, l'Abominable Homme des neiges, notre Hebdo fit paraitre un bulletin complet et parti en chasse dans l'Himalaya. Ikeda, son entourage et un reseau local de supporters echaperent avec succes aux Nepalais et aux media etrangers -- mais pas a notre Hebdo.

Notre intrepide correspondant en Asie du Sud, Prakash Khanal, utilisa ses instincs de Gurkha pour traquer le dirigeant des 6 millions d'adeptes en priere, et essaya a plusieurs occasions d'obtenir un entretien pendant la visite du guru du 31 oct. au 5 nov. Il le cueillit finalement le 5 nov. a l'interieur de l'Aeroport International de Kathmandou.

Comme le court entretien se poursuivait, les agents de la Soka Gakkai furent visiblement bouleverses. Un peu plus tard ce soir la, Khanal recu un facsimile menacant en provenance du Dr. Akashi Ouchi, un Japonais de nationalite Indienne, qui vivait en Inde depuis plus de vingt ans, et qui dirigeait les operations de la Soka Gakkai Internationale dans l'Asie du Sud, a partie de son bureau de New Delhi. Ouchi accusa Khanal d'avoir viole la loi en perturbant la vie privee d'Ikeda, et menaca de passer a l'action si le reporter refusait de montrer son article a la SGI pour approbation. Dans une seconde lettre, Ouchi demandait au reporter de remettre l'enregistrement de l'entretien a la SGI.

Khanal fut egalement harcele au telephone par plusieurs cadres Nepalais et Japonais de la SGI. Khanal repoussa les demandes de censure scandaleuses et rappela aux interlocuteurs impudents, que la Constitution Nepalaise protege la liberte de la presse. Les media Nepalais sont exasperes par les methodes intimidantes et secretes de la SGI.

Les menaces de la SGI fuserent, lorsque les journalistes Nepalais comparerent leurs notes sur les activites secretes de la secte.

Les journalistes Nepalais entendirent pour la premiere fois le nom de la Soka Gakkai le 1er Nov., lorsque le Dr. Kinnosuke Komuro, le president de l'Universite Soka, confera un doctorat honoraire a sa Majeste le Roi Birendra Bit Bikram Shah Dev. Il est difficile de savoir comment le roi vecu la reception de ce diplome, mais pour la plupart des Nepalais, ce fut un honneur et une surprise. Un honneur, parce que leur Roi etait honore par une institution inconnue. Une surprise, parce que la SGI avait evite d'utiliser les services de l'Ambassade Japonaise pour faire leur entree publique au Palais Royal.

Pendant les trois jours suivants, les officiels de la SGI assisterent a une ceremonie apres l'autre, tout en evitant soigneusement le contact de la presse locale.

En retour, Dr. Ikeda recu la recompense de personnalite distinguee de la municipalite de Kathmandou, et un diplome de Docteur Honoris Causa es lettres de l'Universite Trubhuvan, devenant le premier Japonais a recevoir cet honneur. Toutefois, la ceremonie sembla avoir ete organisee en hate, parce que le Professeur Yedu Nath Khanal, un universitaire Nepalais eminent, etait dans l'attente de recevoir cet honneur, qui avait ete annonce depuis un certain temps.

De source Nepalaise importante, a l'origine de l'aide fournie a la SGI pour acceder aux veritables marchands d'influence efficaces: "Le seul interet du Dr. Ikeda est d'offrir aux personnes influentes de l'argent en forme de paiements, pour obtenir de tels diplomes et de telles recompenses qu'il peut utiliser au Japon pour gagner encore plus d'argent et plus de renommee." Il ajouta qu'Ikeda est tendu vers la realisation de son reve de recevoir le Prix Nobel de la Paix.

Une enquete ulterieure sur les activites de la SGI indique que la secte a plus de 150 membres au Nepal, mais qu'aucun chapitre n'a encore ete enregistre aupres des autorites. L'organisation clandestine au Nepal fut lancee par Mme Sasanawa, de l'Agence de Cooperation Internationale du Japon (JICA), il y a 5 ou 6 ans.

Le 4 Nov., apres avoir reside plus d'un mois a l'hotel cinq etoiles Holiday Inn Crown Plaza, 100 invites Japonais se reunirent pour la toute premiere conference de la SGI-Nepal. Leur bulletin de nouvelles hebdomadaire a circulation confidentielle, dont le titre est La Paix Himalayenne, annoncait 60 personnes occupant des postes de premier plan a la SGI-Nepal, dirigee par Keshav Bahadur Shrestha, responsable de la JICA au Nepal.D'autres membres incluaient Shikije Ashai, un expert Japonais de la JICA.

Un membre cle, toutefois, merite une attention speciale -- Mme Kajo Khatiwada, une ancienne employee du Komeito au Japon, qui s'installa au Kathmandou apres son marriage avec un Nepalais. Elle travaille en ce moment dans la section culturelle de l'Ambassade du Japon.

Ikeda visita le site situe pres du jardin botanique de Godawari ou la secte projette d'elever leur batiment. La secte vise egalement l'installation de 35 postes de sante dans des villages, par le biais d'une campagne de bienfaisance.

Pourquoi la Soka Gakkai fait-elle une percee si secrete et concertee dans ce pauvre royaume himalayen? Certaines sources avancent que les decouvertes archeologiques Bouddhistes importantes de Lumbini ont attire l'attention de la secte, non seulement pour leur valeur religieuse, mais aussi parce que des millions de visiteurs, et leur argent, viendront bientot sur le site historique. Mais la SGI qui n'a pas participe au projet, a alors essaye une prise de controle de Lumbini en jouant d'influence aupres du gouvernement Nepalais.

En langage profane, de telles activites clandestines sont intitulees subversion.

Reportage de Prakash Khanal du Nepal et de Yoichi Clark Shimatsu a Tokyo.


Citations du President Ikeda

Incapable de fuir plus longtemps Prakash Khanal, correspondant de notre Hebdomadaire en Asie du Sud, Daisaku Ikeda s'adoucit a l'Aeroport de Kathmandou et designa une chaise en disant: "Vous m'etes de la plus grande importance, alors je vais discuter avec vous." Ce qui suit sont des extraits de la discussion.

Khanal: Quelles sont vos impressions du Nepal?

IIkeda: J'ai envie de dire que le Nepal est un pays similaire au Japon. La premiere chose que nous partageons est la beaute des montagnes. La seconde similarite est l'apparance physique des Nepalais et des Japonais pour ce qui est de la taille, de l'expression raciale et de leur charpente. Les Nepalais pourraient etre pris pour des Japonais, et les Japonais pour des Nepalais. Cela montre combien nous sommes proches.

Je voudrais insister et mettre l'accent sur le fait que de plus en plus de Japonais visiteront le Nepal dans un proche futur, du fait qu'il y aura un vol direct de Japan Airlines. Ainsi je pense qu'il y a encore des bases a fonder entre nos deux pays.

Khanal: Est-ce que la Soka Gakkai est en train d'ouvrir un centre au Nepal?

Ikeda: Non, non, non. Nous sommes juste comme des cousins, et notre organisation (au Nepal) est tres petite.

Khanal: Quelle est la raison de votre visite au Nepal en ce moment?

Ikeda: Nous avons ete invites par l'Universite Tribhuvan. UT avait organise la ceremonie de reception, et je fus invite aussi a donner un discours d'ouverture, de sorte que j'ai du venir pour cela."

Khanal: Un mot a propos de la mauvaise publicite que la Soka Gakkai recoit au Japon?

Ikeda: Au Japon, la situation est chaotique et confuse. Je pense que les gens sont jaloux, parce que nous sommes la plus grande organisation du japon.

Khanal: Quelle est votre opinion sur le recent programme de la BBC (voir l'Hebdomadaire du 4 Nov.) critiquant la SGI?

Ikeda: A mon avis, des partis politiques et des politiciens mal intentionnes les ont paye pour realiser ce type de programme.

Khanal: Merci, Dr. Ikeda, et bon retour au Japon.


Lieu de Naissance et champ de bataille

Satoru Uesaka, archeologiste en chef de la Federation Bouddhiste Japonaise, supervise le projet d'excavation du Temple Maya Devi. Mais en ce moment, il ressemble plus a Indiana Jones. Uesaka a du repousser les attaques de personnes qui l'ont accuse d'abattre un arbre sacre, entre autres crimes supposes. Il fut sur le point d'etre arrete par des gardes-champetres, ayant ete presume avoir autorise des ventes d'aphrodisiaques dans le camp, ce qui semble avoir ete un coup monte.

L'archeologue Japonais, qui a vecu 25 ans en Asie du Sud et proceda a l'excavation de Lumbini pendant ces trois dernieres annees, n'aurait jamais immagine que la fouille sur le lieu de naissance de Siddhartha deviendrait une zone de combat. Ces hommes ne sont pas des fanatiques d'autres religions. En fait, les Musulmans ont pieusement garde les fondations de Lumbini. Uesaka pense, ainsi que d'autres archeologues Japonais ont ete victimes d'une campagne d'insultes orchestree par les responsables de la Soka Gakkai Internationale au Nepal.

Uesaka admet que la dispute concerne en partie des pratiques academiques differentes. Dans l'archeologie Japonaise, les experts ont tendance a peser chaque detail pour eviter de tirer des conclusions prematurees avant d'avoir une vision globale de tous les faits. Ceux qui ont ete formes dans la tradition occidentale preferent publier leurs conclusions partielles a chaque etape du travail d'excavation.

Du fait de critiques d'un sympathisant de la Soka Gakkai qui etait un membre du Fonds de Developpement de Lumbini (FDL), l'equipe d'Uesaka recu 15 jours pour terminer un compte-rendu de leurs decouvertes. Les collegues d'Uesaka, qui l'ont loue pour ses capacites techniques excellentes et son controle meticuleux des details, denoncent l'absurdite de la demande du membre du bureau executif.

"Demander qu'il redige un rapport archeologique sur un chantier comme celui du Temple de Maya Devi eest une plaisanterie", declare Babu Krishna Rijal, archeologue en chef du FDL. "Nous ne pouvons pas rediger un rapport simplement comme ca. Les travaux d'excavation arrivent a leurs fins, mais nous sommes en train de mettre en tableaux les objets faconnes repertories." Un rapport final, estime-t'il, necessiterait une preparation d'au moins six mois.

Uesaka n'avait pas, le moins du monde, produit de rapport preliminaire sur les progres du chantier.

Dans cette affaire, Uesaka n'est pas le seul archeologue Japonais a essuyer des tirs. En mars, le contrat de Kohirisa Arakawa ne fut pas reconduit suite a une dispute mineure concernant un rapport non rendu sur la recherche MDEP. Sur les sites de Tilaurakot et de Kapilavastu se trouvant juste a la frontiere Indienne, une equipe de chercheurs de l'Universite Rissho fut critiquee pour avoir produit un rapport photographique sans texte accompagnateur suffisament detaille.

mais la dispute ne semble pas prendre sa source dans des problemes techniques. Elle a plutot pris naissance de par une lutte sectaire entre des organisations bouddhistes Japonaises avec d'un cote le Rissho Kosei-kai et le Reiyukai, et de l'autre, la Soka Gakkai.

Uesaka declare que le recent interet de la Soka Gakkai a Lumbini est la cause de ses ennuis. "Nous sommes arrives a une etape interessante de l'excavation, et des objets faconnes importants qui etablissent le lieu de naissance exact de Gautama Bouddha ont ete mis a jour", explique-t'il.

"Le president de la SGI Daisaku Ikeda a pretendu dans le journal affilie a la secte le Seikyo Shimbun, que la Soka Gakkai a fourni des fonds (ongaishi, ou "offrande", est un euphemisme pour donation parmi les groupes bouddhistes) pour le programme de developpement de Lumbini", denonce Uesaka, "mais cette pretention est entierement fausse."

De plus, les membres de la Soka Gakkai ont tente d'offenser l'equipe archeologique actuelle par le biais de rumeurs repandues a Kathmandou, notamment a l'Ambassade japonaise.

"La Soka Gakkai tente de ternir notre image, dans le but de pouvoir penetrer aisement a Lumbini", declare Uesaka. La tentative de coup monte la plus ridicule fut realisee par les responsables de l'administration de la foret, qui lancerent un mandat d'arret sur la personne de Uesaka. On decouvrit que deux coupables furent arretes, essayant de vendre du yarchagumba, une espece dangereuse utilisee comme aphrodisiaque, mais ils declarerent n'avoir jamais entendu parle d'Uesaka et avoir ete conduit directement sur le site de Lumbini par un compagnon nomme Dhana Bahadur. Est-ce une simple coincidence que le president de la SGI-Nepal s'appelle Keshav Bahadur?

Ecoeure par le support du membre du bureau precedent du fait de telles provocations barbares, l'archeologue Rijal declara: "Des personnes differentes concernees par Lumbini jouent des jeux differents de maniere differente."

(P.K.)


Territoire dispute

Des rapports sur les echauffourees scandaleuses des agents de la Soka Gakkai contre l'equipe dirigeante de Lumbini ont, malheureusement, diminue l'espace disponible pour notre rapport archeologique final, qui sera publie a une date ulterieure. Notre Hebdomadaire resume ici quelques une des disputes academiques qui ont fait rage sur le lieu de naissance pacifique du Bouddha.

Date de naissance: Siddhartha, Gautama Bouddha, naquit en 623 avant Jesus Christ. Quelques universitaires pensent que sa date de naissance serait 567 A.C. Une conference de 1991 intitulee la Datation du Bouddha Historique, organisee en Allemagne, n'aboutit a aucune conclusion. L'equipe archeologique reunie a Lumbini a repris et conduit des tests de datation au carbone sur les restes carbonises de l'arbre sous lequel Siddhartha naquit. Des analyses en laboratoire se poursuivent encore.

Le palais de Siddhartha: Presque tous les experts s'accordent sur le fait que les ruines massives de Tilaurakot au Nepal, sont la marque du site du royaume Kapilavastu de Suddhodhana, roi des Sakya et pere de Siddhartha. Depuis 1972, cependant, un groupe d'universitaires Indiens dirige par l'archeologue Nepalaise Debala Mitra, pretend que le palais des Sakya etait situe sur un site plus petit a Piprahwa en Inde, a peu pres a 20 km au sud de Lumbini. Les arguments pour et contre des deux sites seront discutes dans une prochaine edition de notre hebdomadaire.

L'arbre du Temple Maya Devi: Des visiteurs et des pelerins a Lumbini ont ete pris sous le charme de la vue du temple et de son arbre adjacent. Suite a des tentatives pour sauver le viel arbre mourrant ofrant de l'ombre, l'equipe archeologique du Temple de Lumbini decida de l'abattre. Le bois fut utilise par les habitants du village pour du feu et des cremations.

L'equipe du FDL fut critiquee pour ne pas avoir vendu le bois comme souvenirs et pour l'avoir deracine. D'autre pelerins se sont plaint que les murs du temple etaient efondres. Les archeologues expliquerent que le temple et l'arbre se trouvaient exactement sur le lieu d'excavation. Comme l'arbre serait bientot mort de toute facon, la decision de proceder a la fouille fut prise.

Le lieu exact: L'equipe, y compris Satoru Uesaka, creusa sous le sanctuaire et decouvrit cinq couches de construction, commencant par une structure carree de style Maurya. L'excavation fit apparaitre 15 chambres dans un stupa datant de 300 ans A.C.

"La decouverte la plus interessante jusqu'a present est un bloc de pierre remontant a la periode Maurya", explique Uesaka. "C'est la pierre jalon place par l'Empereur Ashoka, qu'un historien Indien a decrite."

L'equipe, composee d'archeologues de la Federation Bouddhiste du Japon, du FDL et du Departement d'Archeologie Royal du Nepal annoncera ses decouvertes en 1996.


Sale business

Des residents locaux se sont plaint de ne pas obtenir une part convenable de l'activite economique generee par le chantier Lumbini. Pire, les pourris de fric de Kathmandou achetent du terrain dans le perimetre.

En depit des robes grises, certains groupes religieux recherchent l'argent, non la delivrance. "Il existe de gens qui vivent comme des moines bouddhistes a l'etranger et prechent le Bouddhisme pour ammasser des richesses au nom du Bouddha, mais lorsqu'ils reviennent, ils renoncent a leur voeu monastique", declare un officiel du FDL. "Certains sont si depourvus de honte, qu'ils ont copie le logo du FDL pour rouler de pieux donateurs a l'etranger."

Quelque 18 groupes recoltent des fonds supposes pour Lumbini, mais aucun d'eux n'est accredite par le FDL. Sauf si une donation est faite par ecrit, sa destination serait difficile a suivre.

Lasse d'etre acuse de detournement de fonds, les officiels du FDL commencerent a publier en 1992 une liste des donateurs. A la date de Juillet dernier, un total de 2 millions de dollars (10 millions de francs) a ete recolte par le FDL.

Les escrocs religieux ne sont pas l'unique probleme. Les membres du FDL ont sans cesse demande au gouvernement de meme qu'aux organisations internationales d'insister sur l'infrastructure de base, y compris la fourniture d'eau, le tout-a-l'egout, les routes et l'electricite. Ils ont egalement demande une regulation stricte pour les hotels et les restaurants.

Malheureusement, chaque changement de gouvernement amene un nouveau groupe de membres du Fonfs qui n'ont pas d'obligations a long terme pour le chantier. Le gouvernement Nepalais devrait commencer a reflechir a la question d'attribuer un statut permanent au FDL. A l'instar du Fonds National Britannique, les postes de decision du FDL devraient etre attribues a des conservateurs de musee, des ingenieurs et archeologues, et non a des personnes nommees politiquement.

(P. K.)

Page d'accueil : soka Gakka´ - La Chambre d'Eclaircissement