DEUX EX-AMBASSADEURS TRES
IMPORTANTS DEVIENNENT LES
INSTRUMENTS DE DAISAKU IKEDA

Le Shukan Bunshun,
19 Octobre 1995

La Soka Gakkai, mouvement religieux le plus important du Japon, a diffuse' avec virulence, notamment a travers ses organes de presse, une vaste campagne contre la revision de la loi sur les organisations religieuses. Cette loi est une des meilleures lois dans le monde, ayant tire' la lecon des enseignements amers des persecutions religieuses d'avant-guerre. L'esprit de cette loi qui stipule: "Aucun controle, aucun soutien...", n'est cependant pas suffisamment comprise par nos compatriotes. (Komei Shimbun du 22-09-1995)

Mais contrairement a "l'esprit de cette loi", la Soka Gakkai a continuellement demande' un soutien aupres du Parlement ou du Gouvernement. A present, nous nous rappelons clairement les paroles de feu Michio Watanabe qui avait declare' de son vivant que "les fraudes fiscales de la Soka Gakkai avaient ete etouffees". Par ailleurs, le fait que le Ministere des Affaires Etrangeres ait offert ses services au president honoraire Daisaku Ikeda a l'occasion de ses voyages a l'etranger, a pose' de nombreux problemes.

Il ne fut pas rare, en effet, d'assister a des scenes ou ambassadeurs et consuls se mettaient en grande tenue, afin de se rendre en voiture officielle a la rencontre de Monsieur Ikeda, lors de ses arrivees dans les aeroports, et ce, dans chaque pays. De surcroit, nous avons appris qu'au cours du mois de juin, la Soka Gakkai avait envoye' des lettres au Ministere des Affaires Etrangeres pour solliciter clairement ses services.

En janvier 1988, peu avant le depart de Monsieur Ikeda pour les pays de l'ASEAN, on pouvait lire dans une lettre adressee a Monsieur Owada, alors secretaire general du Ministere des Affaires Etrangeres: "A l'occasion de nos visites dans chaque etat, nos membres nous precedant se permettrons de contacter ambassades et consulats. Nous demanderons donc a chaque ambassade ou consulat de nous fournir les services necessaires, afin de faliciter nos formalites douanieres dans les aeroports, lors des arrivees et des departs".

En somme, ils veulent que l'ambassade se charge des formalites douanieres qui prennent toujours du temps, pour en finir au plus vite, n'est-ce-pas!... (un secretaire du Ministere des Affaires Etrangeres). Ils exigent d'un air imposant des services dont d'ordinaire nul ne peut beneficier. En y reflechissant, ne serait-ce pas plutot ce Monsieur Ikeda et la direction de la Soka Gakkai qui n'auraient pas vraiment compris l'esprit de la loi sur les organisations religieuses?

Cette fois, nous avons decouvert que la Soka Gakkai avait une fois de plus ose' demander des services a deux anciennes grandes figures du Ministere des Affaires Etrangeres, et qu'elle etait arrivee a ses fins de maniere remarquable. Il s'est avere', en effet, que ces deux anciens ambassadeurs du Japon en France, avaient remis aux tribunaux francais une "declaration" prenant la defense de la Soka Gakkai. Cette declaration, qui ne serait connue que par une toute petite partie de la Direction de la S.G., montre bien l'existence de "demandes de soutien" de la Soka Gakkai, et atteste ainsi son influence aupres de l'administration. Mais pire encore, elle risquerait de poser de graves problemes dans le sens ou elle jetterait une ombre dans les relations diplomatiques franco-japonaises.

Cela risque d'etre un peu long, mais
nous allons vous l'expliquer par le debut.

L'implantation de la Soka Gakkai en France a debute' a partir de 1965. La meme annee, la "Soka Gakkai France " fut fondee a Paris. Paris etant le centre strategique de la communication en Europe, il devenait ainsi la base de la propagation de la foi pour les pays voisins. Un medecin japonais (Ndt: Eichi Y.) et un employe' francais (Ndt: Bernard V.) de la societe' Mitsubishi France ont impante' et favorise' le developpement de la Soka Gakkai. A la fin des annes 60, on denombrait un millier d'adeptes environ, et au debut les annees 90, pres de huit-mille. Cependant, suite a l'excommunication de la Soka Gakkai par la Nichiren Shoshu, les departs des adeptes se sont multiplies, a commencer par ceux de nationalite' francaise. Aujourd'hui, le nombres des adeptes restant a la Soka Gakkai a tres nettement diminue' et est en chutte reguliere (Un ancien membre de la Soka Gakkai France).

Parallelement, Ikeda a tente' activement un rapprochement avec le monde politique francais. En 1974, il est recu par Andre' Malraux, Ministre de la Culture, et l'annee suivante, il est recu pour la premiere fois a l'Elysee pour un entretien prive' avec le secretaire general de la Presidence. En 1987, il effectue une visite aupres du Premier Ministre de l'epoque, Jacques Chirac (actuel President de la Republique), et en 1989, a l'Elysee de nouveau, recu par le President Francois Mitterrand.

La Soka Gakkai France se lance energiquement au debut des annees 80 dans des investissements immobiliers sur le territoire francais. Son siege est implante' en banlieue parisienne au coeur de la ville de Sceaux. Dans l'Essonne, elle a achete' une ancienne propriete' qui jadis, a appartenu a Victor Hugo, le celebre ecrivain, pour en faire un musee, ainsi qu'un centre de conferences. En 1990, dans la region de Seine-et-Marne, elle s'offrit le luxe d'un vieux chateau. L'ensemble de ces domaines, frais d'amenagement compris, depasse les 50 millions de francs. On enregistre egalement une propriete' en Provence du cote' de la ville de Trets, d'une valeur superieure a 10 millions de francs (un journaliste francais).

Pas etonnant donc que des transactions aussi spectaculaires aient fini par attirer l'attention des services de Renseignements Generaux francais. Et de surcroit, sur un groupe de pratiquants d'une religion venus de l'etranger, que l'on ne connait pas bien et qui cherchent a acquerir des proprietes dans toute la France. Finalement, des specialistes des sectes ayant recu des plaintes de victimes de plus en plus nombreuses, donnent l'alerte sur ce groupe (un journaliste francais).

Nous aborderons la question relative aux victimes de la Soka Gakkai signalees en Europe, dans un autre article. Le probleme, que nous aimerions soulever ici, est celui provenant de la decouverte de la toute proximite' de certaines proprietes acquises par la Soka Gakkai, d'installations de centres d'etudes nucleaires dont certains membres du personnel avaient adhere' a la Soka Gakkai.

En 1988, un journal local de l'Essonne declarait que "la Soka Gakkai tentait d'acquerir, par l'intermediaire du trust Mitsubishi, un chateau situe' a quelques centaines de metres d'un centre d'essais nucleaires, site militaire ultra-confidentiel".

Ainsi, on s'est mis a suspecter la Soka Gakkai de se livrer a des activites d'espionnage des installations nucleaires francaises. Des lors, il ne restait plus aux services de renseignement francais qu'a s'emparer du dossier pour mener leur enquete, et les quotidiens nationaux, tels que Le Monde, ont porte leur attention sur ces soupcons.

"Il n'y avait aucune preuve manifeste nous permettant de dire avec certitude qu'il s'agissait d'espionnage. Toutefois, on note que la Soka Gakkai a acquis, sur le territoire francais, au moins quatre centres situes a proximite' d'installations ayant un rapport avec l'energie nuclaire. En outre, elle tente continuellement d'en augmenter le nombre. La Soka Gakkai parle de 'coincidence', mais il demeure qu'elle a bel et bien pris position contre la detention d'armes nucleaires, et qu'elle a invite' les employes de ces installations a la rejoindre. Il est certain que, si ceux-cis avaient voulu, ils auraient pu facilement livrer des renseignements. C'est bien pourquoi les services de renseignements se sont mis a bouger, et que nous meme avons informe' le public de ces 'soupcons'" (le journaliste charge' de l'enquete).

Les japonais residant a Paris affirment que ce serait "le nom de Mitsubishi, qui joua le role d'intermediaire, qui donna l'impression qu'il y avait derriere tout cela une industrie militaire". Nous ne pouvons, quant a nous, dissiper nos doutes sur ces fameux soupcons d'espionnage concernant des secrets nucleaires interressant la Soka Gakkai. Par ailleurs, depuis plus de quatre ans, les journaux, magazines et diverses chaines de television continuent d'evoquer les soupcons et les scandales impliquant la Soka Gakkai au Japon.

Dans les premiers temps, la Soka Gakkai ne reagissait pas judiciairement a l'annonce de ces informations. Mais en avril 1991, des la parution dans les colonnes de l'hebdomadaire l'Evenement du Jeudi de l'article intitule': "Ces droles de Nippons qui courtisent Tonton", la SGI France engagea une procedure en diffamation. Nous avons du mettre Ikeda dans une telle fureur, comme il n'en a jamais eu" (un collaborateur du magazine).

Cet article disait: "La D.G.S.E. a remis au Premier Ministre de l'epoque, Monsieur Michel Rocard, un rapport muscle' sur la Soka Gakkai soupconnee d'espionnage. Le President Mitterrand a deja recu Monsieur Ikeda, et avait accepte' un don tres important de ce dernier pour la fondation de son epouse Danielle. En juin prochain, Monsieur Ikeda doit etre recu par Monsieur Francois Mitterrand en personne, ce qui cause bien des tourments a Michel Rocard".

Cette meme revue mentionne egalement l'affaire des ecoutes telephoniques du domicile prive' du secretaire general du PC Japonais, les rapports amicaux entre Ikeda et le general Noriega au Panama, l'affaire du coffre-fort contenant 170 millions de yens retrouves dans une decharge publique et egalement la penetration de la Soka Gakkai au sein d'un conseil general francais.

Pour Ikeda, l'effet des informations diffusees par les medias francais a cette epoque, fut considerable.

En Juin, Ikeda, qui venait juste d'etre invite' par le President Weisaecker em Allemagne de l'Est, arriva en France avec un air triomphal, mais l'entretien qu'il devait avoir avoir avec le President Mitterrand fut finalement annule'. Lors de l'inauguration du Musee et centre de conferences Victor Hugo qui eut lieu pour la meme occasion, aucun proche de Francois Mitterrand, pourtant invite', ne vint (un journaliste francais).

Etait-ce a cause de la fureur d'Ikeda? Le jour de l'inauguration, les medias furent exclus. Il fut interdit aux visiteurs de prendre des photos, et un systeme de surveillance fut etabli, tel que l'on pouvait voir des jeunes hommes equipes d' emetteurs-recepteurs et de jumelles, roder ici et la.

Plus que le soupcon d'espionnage, c'est de voir sa rencontre avec Monsieur Mitterrand annulee, qui dut irriter Ikeda (un journaliste francais).

Le proces en diffamation contre l'Evenement du Jeudi fut le premier d'une longue serie que la Soka Gakkai, representee par un avocat illustre et bien connu des chaines de television, intenta aux medias. C'est a l'occasion de ce proces en diffamation engage' contre le quotidien Le Parisien, que les "declarations des anciens ambassadeurs du Japon en France" ont ete remises a la justice.

L'article en question fut publie' le 18 juin 1991, date precedant l'entretien prevu avec Monsieur Mitterrand. Les sujets abordes par ce journal sont pour la plupart similaires a ceux traites dans l'Evenement du Jeudi, mais on y mentionne qu'un ingenieur du Commissariat a l'Energie Atomique, marie' a une japonaise, a ete ecarte' du "secret defense", parce qu'il aurait adhere' a la Soka Gakkai. La Soka Gakkai fait aussi l'objet d'un controle fiscale au Japon. Les soupcons sur les tableaux de Renoir sont egalement evoques.

Dans un dernier proces en diffamation, la SGI a perdu en premiere instance. En appel, elle a gagne', et aujourd'hui, en octobre 1995, l'affaire est portee devant la Cour de Cassation. C'est en appel que les declarations des deux anciens ambassadeurs en faveur de la SGI ont ete presentees.

Le premier se nomme Yoshihiri Nakayama. Il entre en 1938 au Ministere de Affaires Etrangeres, apres avoir ete, notamment, ambassadeur du Japon au Vietnam. Il est nomme' en 1970 ambassadeur du Japon en France. Meme apres avoir quitte' ses fonctions en 1975, il fait partie de la suite de l'Empereur Showa lors de ses visites a l'etranger; il est aussi le President du Comite' des Sages Franco-Japonais, vice-president du Comite' de la Maison Franco-Japonaise et il peut etre considere' comme une personnalite' de poids dans les echanges franco-japonais.

Dans sa declaration, Monsieur Nakayama ecrit: "Je soussigne' Monsieur Yoshihiro Nakayama, ancien ambassadeur du Japon en France, a titre personnel, en tant que personne ayant l'experience d'avoir travaiile' a Paris, declare connaitre parfaitement les grandes lignes des activites de la Soka Gakkai non seulement au Japon, mais aussi en France, ainsi que dans le monde entier. (...) Ses activites dans le domaine de la paix, de la culture et de l'education refletent l'ideal et les principes d'action de ce mouvement'.

Apres avoir ainsi estime' la Soka Gakkai, Monsieur Nakayama declare que, selon ses connaissances profondes de cette organisation: "la campagne de presse malveillante menee recemment en France, est incomprehensible". Il ajoute a propos de ce qui a ete ecrit sur la Soka Gakkai, a savoir qu'elle avait eu des activites d'espionage liees au secret nucleaire: "Je crois que ces propos sont infondes, incorrects et totalement eloignes de la realite' et des objectifs de cette organisation qui est estimee et largement implantee dans la societe' japonaise", pour conclure.

La declaration est datee du 24 decembre 1992. Il semblerait que Monsieur Nakayama, a cette epoque President de la Commission d'enquetes sur le Moyen-Orient, n'ait ete au courant ni des controles fiscaux dont a ete l'objet la Soka Gakkai, ni de l'excommunication par la Nichiren Shoshu, ni de nombreux autres scandales. En toute connaissance de cause, il n'aurait tres certainement pas pu ecrire que cette organisation est "estimee et largement implantee dans la societe' japonaise".

"Lorsqu'un membre de la Soka Gakkai lui temoignait du respect, il se contentait de dire qu'il comptait sur nous lorsqu'il se presenterait aux elections; en somme, il etait entierement pro-Soka Gakkai" (un ancien responsable de la Soka Gakkai).

Le second s'appelle Akitane Kiuchi. En 1951, il entre au Ministere, deviendra ensuite consul en Angleterre, puis secretaire du Premier Ministre Kakuei Tanaka et assistera a la reprise des relations diplomatiques sino-japonaises. Plus tard, il occupera les fonctions de chef de la Direction Asie au Ministere pendant lesquelles il prendra en charge la conference au sommet pour retablir les relations nippo-coreennes qui se sont compliquees sous le Premier Ministre Nakasone a cause du probleme des manuels scolaires. Il aura ete egalement ambassadeur en Malaisie et en Thailande, puis sera nomme' Ambassadeur du Japon en France en 1988. Apres avoir quitte' les fonctions de serviteur de l'etat, il devient, grace aux liens qu'il noua lorsqu'il etait secretaire du Premier Ministre Tanaka, President du Conseil d'Administration de l'Institut de Recherches et de Reflexions du Nouveau Parti du Japon, le "Centre de Recherches pour la Nouvelle Politique du Japon". C'est la qu'il se fait remarquer en tant que "cerveau" du Premier Ministre Morihiro Hosokawa.

La confiance du Premier Ministre etant entiere, il devint membre du "Hiraiwa Kenkyu Kai", organe prive' de conseil aupres du Premier Ministre, et se rend de ce fait, tres frequemment a la residence officielle du Premier Ministre. L'annee derniere en janvier, au lendemain du refus par le Senat concernant le projet de reforme politique a l'Est, Monsieur Kiuchi est le premier a accourir aupres du Premier Ministre. Une nouvelle fois encore, en fevrier de la meme annee, pour trouver une issue aux difficultes rencontrees lors des discussions sur l'economie globale nippo-americaine, il part aux Etats-Unis, portant une lettre personnelle du Premier Ministre Hosokawa au President Clinton. Il a fait egalement partie de la suite de l'Empereur los de ses visites a l'etranger.

C'est donc le 24 Novembre 1992 que Monsieur Akitane Kiuchi, qui peut etre a juste titre etre considere' comme un illustre ambassadeur, a redige' cette declaration. Soit quatre mois apres avoir quitte' officiellement ses fonctions d'ambassadeur du Japon en france.

"Je soussigne' Monsieur Akitane Kiuchi, atteste par la presente, connaitre parfaitement la Soka Gakkai et temoigne de ce qui suit:

1) La Soka Gakkai est la plus grande organisation religieuse du Japon. Elle compte dix millions de membres et a une position tres importante dans la societe' japonaise.

2) D'autre part, le Komeito, parti politique soutenu par la Soka Gakkai, est le troisieme parti politique au Japon. Celui represente le noyau de la tendance centriste.

3) De plus, le Ministere des Affaires Etrangeres du Japon a largement reconnu les actions et la contribution apportees aux importantes activites d'echanges culturels entre le Japon et la France, ainsi qu'avec d'autres pays, de l'association musicale "Min'on" et du Musee Fuji de Tokyo dont le fondateur est Monsieur Daisaku Ikeda, President de la Soka Gakkai Internationale".

Il affirme que le Min'on et le musee Fuji ont ete recompenses par le Ministere des Affaires Etrangeres, puis il ajoute:

"J'etais en poste a l'Ambassade du japon en France et a Paris en tant qu'Ambassadeur Extraordinaire et Plenipotentiaire du japon de septembre 1988 a juin 1992. Pendant mon mandat, d'avril a juin 1991, une certaine presse en France a diffuse' des articles qui consideraient la Soka Gakkai comme une secte menant des activites d'espionnage. En considerant les elements reels ci-dessus mentionnes, je ne peux m'empecher de dire que ces allegations sont non-fondees et inexactes".

D'autre part, s'agissant de la "piece d'identite" devant etre jointe a la declaration, Monsieur Kiuchi remis une photocopie de son passeport diplomatique du temps ou il etait "ambassador Extraordinary and plenipotentiary to France".

Un juriste francais specialiste des proces en diffamation avoue: "Cela fait 10 ans que je suis des proces de ce genre, mais c'est la premiere fois que je vois des declarations d'ex-ambassadeur jointes a un dossier". Elles devraient impressionner les juges.

Rappelons qu'a l'epoque ou messieurs Nakayama et Kiuchi ont redige' leurs declarations, ils avaient deja abandonne' leurs fonctions, et etaient par consequent redevenus de simples citoyens. Il n'en demeure pas moins qu'ils etaient restes des personnages importants du monde politique au Japon et sur la scene internationale, de part leur brillante carriere et du respect acquis.

A titre d'exemple, en France, bien que l'on ait quitte' la fonction d'ambassadeur, on continue souvent a etre appele' "Monsieur l'Ambassadeur" et non "Monsieur l'Ex-Ambassadeur". On les considere avec respect comme on le ferait pour un docteur ou un professeur. De plus, c'est en France qu'ils se trouvaient.

D'apres l'ancien ambassadeur Monsieur Nakayama, ce serait un des proches d'Ikeda, le vice-president Takuro Suzuki, qui lui aurait demande' de rediger ce rapport dans les termes suivants: "Il m'a demande' de rassembler mes idees sur les proces qu'ils allaient intenter. Cela pose t-il un probleme? Il est vrai que mon entourage m'a demande' pourquoi j'avais servi une telle cause... Je n'ai rien dit au Ministere des Affaires Etrangeres. J'ai eu l'occasion de rencontrer Monsieur Ikeda a quelques reprises, c'est quelqu'un de bien. Seulement, les personnes qui se trouvaient a ses cotes, etaient tres silencieuses et n'ont pas pronoce' un mot, peut-etre par peur, cela m'avait beaucoup frappe" (Monsieur Nakayama).

Monsieur Nakayama pretend egalement ne pas etre au courant des problemes de la Soka Gakkai et de ses conflits avec le Temple. Il ne sait pas pour quel proces son rapport a ete utilise'.

Ce qui est etonnant, c'est que l'ancien ambassadeur Monsieur Kiuchi ne savait pas non plus a quel proces avait pu servir sa declaration. Est-il possible de rediger une telle declaration sans en connaitre les tenants et aboutissants?

Monsieur Kiuchi s'explique: "J'ai recu une demande de la part du vice-president Suzuki, et j'ai donc redige' mes sentiments personnels. Je me suis dit que si je pouvais leur rendre service ainsi, pourquoi pas? Mais etant donnees mes fonctions de l'epoque, j'en ai discute' officieusement avec les responsables du service des Affaires Etrangeres et aussi avec l'Ambassade du Japon en France. D'ailleurs, le texte a du leur etre envoye'. c'est pourquoi je pensais avoir le consentement des Affaires Etrangeres".

Il repond avec legerete' a propos du fait qu'il joignit son passeport diplomatique: "En realite', ce n'etait que pour montrer mon identite', je connais bien le vice-president Suzuki depuis l'epoque ou j'etais ambassadeur en Thailande. Il organisait des expositions de photos sur le roi et assistait aux concerts en France. Il est vrai qu'il nous est arrive' d;aller chercher le president honoraire Monsieur Ikeda a l'aeroport selon les instructions du Ministere. Mais nous n'avons jamais fait plus que cela" (Monsieur Kiuchi).

Monsieur Kiuchi insiste en ayant l'air de dire que cela ne represente rien d'extraordinaire, mais est-ce vraiment le cas? La declaration a la meme valeur qu'un temoignage fait devant un tribunal. On ne peut donc pas se permettre de dire qu'on s'est contente' de mettre une signature.

LeDirecteur du Ministere des Affaires Etrangeres ne cache d'ailleurs pas sa surprise au sujet de ces rapports.

"C'est vraiment insense'! meme lorsqu'on a quitte' ses fonctions, il y a un sens commun a respecter" (un ambassadeur).

"Je doute du bon sens d'un homme d'experience qui a occupe' un poste aussi important que celui d'ambassadeur en France, et qui prend parti dans un proces civil se deroulant entre personnes privees. On ne peux empecher les gens de dire de Monsieur Kiuchi, qui a presente' son passeport diplomatique, qu'il melange ses fonctions publiques avec sa vie privee". "De plus, en France, il n'a pas eu la possibilite' de verifier les informations. Des lors, comment a t-il pu dire ce qu'il a dit, meme si la seule et bonne raison reside dans son attachement pour ce groupe. Il n'a rien pu faire de ce qui lui est reproche' de n'avoir pas fait, et ne peut dire que les medias sont alles trop loin a ce sujet" (un tres haut fonctionnaire du Ministere des Affaires Etrangeres).

Nous sommes alles au service de presse de la Soka Gakkai et on nous a repondu de contacter la SGI-France puisque cela concernait un proces se deroulant en France et que de toute maniere le service n'etait pas tres au courant.

On a aussi refuse' que nous posions des questions au vice-president Monsieur Suzuki. Madame Cathy Mahue de la SGI-France presentee par le service de presse comme responsable, a donc repondu: "Il s'agit d'un litige qui est en cours, notre avocat se doit donc de garder le secret. Je suis chargee de la communication avec lui, mais je ne sais vraiment pas ce qu'il en est".

Le Premier Bureau d'Europe Occidentale du Ministere des Affaires Etrangeres: " Il est vrai que nous avons ete avises par Monsieur Kiuchi en personne. Mais etant donne' qu'il n'agisait que de sa propre initiative d'ordre privee, nous n'avons pas notre mot a dire" (Monsieur Seiji Morimoto, chef de bureau).

Le commentateur politique Kotaro Tawara declare: "La declaration a effectivement ete redigee de leur initiatives privees, apres leurs retraites. Cependant, ils ont fourni ces declarations au tribunal en faisant valoir leur prestige d'ancien ambassadeur. En outre, une personne a joint son passeport du temps ou il etait ambassadeur. Pour tout fonctionnaire qui a rendu de bons et loyaux services, ou pour tout diplomate, on ne peut s'empecher de constater un manque reel de bon sens. Dans le pays ou il se trouve, l'ambassadeur represente le Japon, l'Empereur. Je ne peux croire qu'un personne ayant occupe' une telle position, ait pu ecrire de telles choses. Cela reviendrait-il donc a dire que le Ministere des Affaires Etrangeres aurait perdu une certaine clairvoyance? Je pense que cette affaire est un probleme de nature a etre souleve au sein de la Commission des Affaires Etrangeres de la Diete".

Si une entreprise japonaise etait melee a un proces a l'etranger, un ambassadeur ayant travaille' dans ce meme pays redigerait-il aussi facilement une telle declaration? C'est ce que la SGI demande et obtient. D'aute part, il y a des faits que Messieurs Kiuchi et Nakayama ignorait. La Soka Gakkai a detourne' ces documents en dehors des tribunaux.

C'etait en decembre 1993, soit 10 mois environ apres que les deux anciens ambassadeurs aient redige' leur rapport. La societe' FIDAL, grand cabinet d'avocats et d'experts-comptables francais, redigea dans le plus grand secret un rapport pour la Soka Gakkai. Ce rapport confidentiel de 86 pages portant notamment sur les "conditions et les raisons des conflits qui ont eu lieu entre la Nichiren Shoshu et la Soka Gakkai au cours de ces deux dernieres annees au Japon et a l'etranger", aurait ete redige' pour "faciliter la comprehension des professionnels de la religion et des pratiquants".

Dans celui-ci que nous nous sommes procures, on trouve des traductions de revues et de journaux tels que le 'Chuo Nippo' qui prend la defense de la Soka Gakkai dans la guerre des cultes, et des temoignages de professeurs d'universite' de renommee internationale y ont ete inseres. "Vous savez, ces gens qui prennent la defense, non seulement de la Soka Gakkai, mais aussi des moonistes, sont consideres comme des revisionistes" (un specialiste des sectes en France). On y trouve egalement les declarations des deux anciens ambassadeurs. Ni Monsieur Kiuchi, ni Monsieur Nakayama n'ont ete prevenus de ce "detournement" par la Soka Gakkai.

La SGI-France pretend qu'elle ne sait rien de ce rapport, mais il n'y a pas de doute que ces documents proviennent de la SGI. Pourquoi ces declarations, qui ont ete remises lors du proces en diffamation, sont-elles sorties de leur cadre judiciaire, alors que le proces etait en cours a la Cour de Cassation?

Lorsque nous avons interroge' la societe' FIDAL auteur du rapport, voici ce qui nous a ete repondu: "Comment se fait-il que vous connaissiez ce rapport? Il a pourtant ete remis au Ministere de l'Interieur charge' des questions religieuses en tant que document ultra-confidentiel... Nous ne pouvons vous repondre hors la presence de nos clients". Nous avons decouvert que celui-ci avait ete envoye' au moins a deux endroits en France. L'un, comme nous l'a confirme' la societe' FIDAL, se trouve au Ministere de l'Interieur. En somme, la SGI aurait envoye' a la Section Religions de la Police Francaise, un rapport mentionnant que la Soka Gakkai n'est pas un mouvement religieux dangereux.

Un homme qui connait bien les objectifs de la Soka Gakkai a l'etranger, peut supposer que l'un de leurs buts principaux est de balayer tout soupcon. La Soka Gakkai ne tient pas a etre continuellement suspectee par le Ministere de l'Interieur. Jusqu'a present, en effet, celle-ci n'est pas consideree en France comme une organisation religieuse. Elle n'existe qu'en tant qu'association, tres facile a creer par quiconque. Pour qu'elle puisse beneficier de mesures de traitement de faveur en matiere d'imposition en France, il lui faut l'approbation des autorites judiciaires. C'est dans ce cas precis que l'avis du Ministere de l'Interieur intervient de facon determinante.

D'autre part, et toujours d'apres notre enquete, celui qui aurait apporte' le rapport confidentiel au Ministere de l'Interieur, serait un attache' de la mission culturelle de l'Ambassade du japon a Paris, Monsieur K.

Monsieur K est un employe' de l'Ambassade du Japon a Paris, mais il fait aussi partie de la direction de la Soka Gakkai. A l'occasion des visites de Monsieur Ikeda en France, il etait charge' des services d'accueil, de transport et d'interpretariat. De meme qu'en octobre de l'annee derniere, Monsieur K s'est occupe' du depute' Ichiro Ozawa lors de sa venue en France. Cependant, Monsieur K repond: " Je ne suis pas au courant de ce rapport!... Je ne vois pas de quoi vous voulez parler? Je ne peux donc pas vous repondre...".

L'autre endroit ou ce dossier contenant le rapport confidentiel a ete envoye', c'est l'Union Bouddhiste de France. La Soka Gakkai manifeste toujours son desir de s'y affilier. Elle aurait meme essaye' d'inviter la direction de l'Union au Japon, en Premiere Classe.

Un membre de la Nichiren Shoshu, tres sceptique, declare: "D'ailleurs, la Soka Gakkai est loin d'etre une organisation qu'on puisse qualifier de groupe amical. C'est lorsqu'elle provoque une polemique et qu'elle agit jusqu'a l'aneantissement de son adversaire, qu'elle montre son vrai visage. En somme, elle cherche seulement a etre reconnue en France en tant qu'association bouddhiste".

Dans le rapport se trouve des declarations des deux anciens ambassadeurs clamant "l'innocence" de la Soka Gakkai. Un haut-fonctionnaire du Ministere des Affaires Etrangeres dit: "Bien plus que les deux anciens ambassadeurs qui ont facilement ete utilises, le probleme se pose du cote de la Soka Gakkai qui agit de la sorte sans vraiment aucun scrupule".

Ikeda est le president honoraire de la Soka Gakkai-Japon, mais dans le cadre de la Soka Gakkai Internationale, il en est le veritable president. La responsabilite' superieure, s'agissant de la SGI, de sa reputation, repose donc essentiellement sur lui.

Page d'accueil : soka Gakka´ - La Chambre d'Eclaircissement