LA DERNIERE VOLONTE ET TESTAMENT
DE TSUGIO ISHIDA EST UNE REMONTRANCE
DE 700 PAGES A DAISAKU IKEDA

Shukan Shincho
22/9/94

Ce qui est etrange dans cette organisation est le fait que, d'un cote', vous avez l'aveuglement des membres ainsi qu'un support enthousiaste, et pourtant, de l'autre cote', il n'y a pas de limite aux defections de ceux qui ont servi longtemps, comme ceux qui ont ete dans l'entourage d'Ikeda. Les methodes tyraniques du monarque absolu Daisaku Ikeda viennent a la lumiere, mais parmi ceux qui ont fait defection, le pionnier de telles defections devait etre Tsugio Ishida, le frere aine' du president du Komeito, Koushiro Ishida. A une epoque, il etait le favori, devant Ikeda, pour devenir le troisieme president de la Soka Gakkai. Il deceda il y deux ans dans son lit. Cependant, jusqu'au dernier moment, il ecrivit un enorme manuscrit intitule' "Remontrance" [Kangen-no-sho].

Ce qui suit est un extrait du manuscrit qu'Ishida, qui mourut en fevrier 1992 a l'age de 66 ans, laissa derriere lui. "Ikeda n'oublie jamais d'exiger vengence de ceux sous lesquels il a servi par le passe' ou de ceux qui l'ont brime'. Il exige une vengence absolue. Se venger est sa joie sans egale. C'est parce qu'il a le coeurd'un Ashura... Je ne peux pas m'empecher de penser qu'une fois que le poids de Toda sensei disparut, sa nature d'Ashura, totalement opposee a l'etat d'illumination, enfla. Sa jalousie et ses soupcons, qui enflent a la fois de l'interieur et a l'exterieur, sont le resultat de son attrait pour les serviteurs qui prennent la place des maitres, de meme que de sa nature d'Ashura. C'est la salete' la plus forte et la plus grande qu'il maintient dans son coeur ruine".

Dans le texte, Toda sensei se refere au deuxieme president de la Soka Gakkai, Josei Toda. Il va sans dire que l"Ikeda" qu'il mentionne se refere au president honoraire actuel de la Soka Gakkai, Daisaku Ikeda.

Ce manuscrit, garni de termes plutot difficiles a comprendre comme "le coeur d'un Ashura" ou "serviteurs prenant la place des maitres", est un "remontrance" a Ikeda, une remontrance sur laquelle il travailla sans repos, nuit et jour, pendant les trois dernieres annees precedant sa mort. Il y a a peu pres 700 pages dans le manuscrit original, qui vit finalement le jour, deux ans et demi apres sa mort. En octobre, un groupe d'anciens membres de Gakkai, qui aimaient particulierement le venerable Ishida et venaient regulierement ecouter ses conferences, publira cet enorme manuscrit a leurs frais pour le presenter au public.

Le defunt president Toda disait de Tsugio Ishida, "Ishida est mon fils aine', Daisaku est mon second fils". Il etait l'elite de l'elite dans Gakkai, et etait choisi pour etre le troisieme president loin devant Ikeda. Selon le journaliste Kunio Saito, qui entretenait des relations intimes tres profondes avec le defunt: " La mere de Tsugio etait la responsable de la Division des Femmes lorsque Josei Toda etait president. Sa plus jeune soeur est l'epouse du president actuel Einosuke Akiya. Son plus jeune frere, inutile de dire, est le president actuel du Komeito. La famille Ishida est connue comme etant de loin une famille d'elite dans la Soka Gakkai. Entre autres choses, apres avoir obtenu son diplome de l'Ecole d'Ingenieur Shiura (appelee maintenant Institut d'Ingenierie de Shiura), il fut designe' par le president Toda en 1951 pour etre le premier editeur du Seikyo Shimbun, puis le chef de la Premiere Unite' de la Division des Jeunes. On raconte que, tres tot, il fut le meilleur candidat pour succeder a la presidence. Il etait inegalable dans les etudes et dans la theorie, et personne dans Gakkai ne lui arrivait a la cheville de ce point de vue".

Ishida avait trois ans de plus que Daisaku et etait heureux de la confiance profonde du president Toda. Apres avoir rempli les fonctions ci-dessus, il devint le premier membre de la Chambre basse de la Diete, mais il fut oblige' de se soigner pour une tuberculose, et ainsi, Daisaku devint le troisieme president. Il ne tarda pas longtemps avant de se revolter contre Ikeda. Comme il remplit successivement les fonctions d'editeur gerant du journal du Komeito et de directeur du journal Seikyo, il traca une ligne entre lui et Daisaku.

Depuis ce temps la, il vecut tranquillement a Yokoyama dans la prefecture de Kanagawa. Ce personnage de premier plan, qui est l'un des rares a connaitre les premiers debuts de la Ikeda Soka Gakkai, revela tous les faits juste avant sa mort dans une enorme "remontrance" a Daisaku.

Profanation du maitre

"Mon mari disait qu'il avait commence' a comprendre le Bouddhisme lorsqu'il atteignit cinquante ans". La personne qui parle d'une voix douce est la femme d'Ishida, Eiko (71 ans). Eiko elle-meme, est connue comme une femme d'elite qui servit comme la premiere responsable de la Division de Jeunes Femmes de Gakkai. "Quand mon mari etait jeune, Toda sensei lui dit qu'il serait le troisieme president, mais a cette epoque la, il ne comprenait pas tres bien le Bouddhisme, et il etait d'une faible constitution, de sorte qu'il declina l'offre. Ainsi, Daisaku devint le troisieme president a la place de mon mari. Cependant, jusqu'au moment ou Daisaku devint president, il faisait semblant de considerer mon mari comme son 'frere aine', mais des qu'il devint president, il attaqua et ridiculisa ouvertement mon mari en public. Mon mari et Daisaku prirent des chemins differents, mais a partir du moment ou Daisaku fabriqua en 1977 ces faux objets de veneration, il commenca a penser qu'`il devait s'occuper` de Daisaku".

Eiko dit qu'au tout dernier moment de sa vie, Tsugio faisait etat d'une tenacite' surhumaine a l'ecriture de son manuscrit. Mon mari pensait que la critique de Daisaku qu'il presenterait au public ne serait pas comprise immediatement. Il pensait alors qu'il devait l'ecrire dans l'interet des 50 ou 100 ans a venir. Lorsque nous faisions des courses ou faisions des promenades, le manuscrit remplissait entierement ses pensees. Si jamais je commencais a lui parler, il disait: 'reste tranquille' ou, 'tu interromps le fil de mes pensees'. Il etait souvent a son bureau, meme au milieu de la nuit. En 1987, on lui enleva les trois-quarts de son estomac a cause d'un ulcere, et des lors, il ne pouvait plus etre tres sur de son etat physique. Son unique desir etait de mettre en forme son manuscrit le plus tot possible, et alors il travailla de toutes ses forces".

Le produit fini fut un manuscrit posthume de 700 pages. Ishida est repute' avoir ete un theoricien exigeant de Gakkai. Ses ecrits, comme ceux de l'introduction de cet article, debordent de termes bouddhistes difficiles a comprendre, mais il denonce sans cesse l'attitude hautaine de Daisaku, qui crea des contrefacons d'objets de veneration, et qui afficha un comportement arrogant envers la Nichiren Shoshu par une attitude peu convenable pour un homme de religion. Il ecrit: "Ikeda fit huit contrefacons d'objets de veneration (jusqu'a present, huit au moins ont ete confirmes). La creation d'objets de veneration contrefaits ne peut seulement etre profere' que par celui dont le coeur a fortement devie' de la Nichiren Shoshu. C'est une chute tres grave et sans possibilite' de recuperation... A l'exception de celles faites par d'autres formes religieuses, depuis sept-cent ans, il n'y a pas d'exemple de croyants faisant eux-memes des contrefacons d'objets de veneration de la Nichiren Shoshu".

Il declare: "Ikeda bouscula completement Nittatsu Shonin, qui se trouvait dans une position relativement plus faible, en le rendant dependant de son argent et de son pouvoir. Un reseau d'information entourait le Grand Patriarche sans interruption, 24 heures par jour. Ils observaient les faiblesses du Grand Patriarche ainsi que les opportunites qu'ils pouvaient exploiter. L'objectif etait de prendre le controle de la Nichiren Shoshu. Meme les produits de collectes qui auraient du aller au Grand Temple, etaient bloques et detournes de tous les pretres en dessous du Grand Patriarche. Des dispositifs d'ecoute furent installes dans les coins les plus retranches du Taisekiji, et le Grand Patriache lui-meme les decouvrit par hasard lorsqu'il mit ses mains sous une table et toucha l'un d'eux... Une fois, Ikeda cria avec arrogance apres le Grand Patriarche, et le Grand Patriarche, le corps tremblant, declara: "Il me traitait comme un garcon de courses"! Nittatsu Shonin fut immediatement outrage', en colere et triste... Telle est la veritable nature de la foi d'Ikeda".

Daisaku meprisait la Nichiren Shoshu d'une maniere malseante pour un croyant. Ishida le condamne pour cela avec une plume tres vehemente. De plus, Ishida mentionne qu'Ikeda prenait cette attitude non seulement envers la Nichiren Shoshu, mais egalement envers la famille du deuxieme president Josei Toda, pour qui il aurait du ressentir une profonde dette de gratitude. "En moins de dix jours apres la mort de notre maitre venere', Josei Toda, Ikeda se rendit chez les Toda, et sans remettre le cadeau de condoleance d'un petit peu plus de 100.000 dollars qu'il avait amene' avec lui, il prit chez la femme de Toda sensei, Ikuko, divers articles appartenant a Toda sensei. Parmi ces objets, il emprunta la longue epee de samurai qui avait ete en possession de Toda sensei".

Cependant, peu apres, l'epee fut presentee comme tresor inestimable de la Soka Gakkai. "La note explicative disait: 'C'est l'epee que le president Ikeda recu de Toda sensei de son vivant'." Ce n'est pas la seule attitude de profanation envers son maitre. "Ikeda crea des cimetieres inutiles ici et la a travers le pays... Ces cimetieres puent la supercherie spirituelle, mais dans une imitation des monuments des Trois Maitres, chaque fois qu'un cimetiere etait cree', il etait cree' aussi de maniere definitive et absolue, des tombes pour les trois presidents, Makiguchi, Toda et Ikeda. Il les crea de maniere totalement arbitraire. Les familles Makiguchi et Toda etaient incapables de s'opposer a leurs constructions. Ikeda pourrait alors reclamer pour ces monuments, aux familles Makiguchi et Toda, des frais de maintenance des parcelles de cimetieres... Ikeda n'est pas seulement un etre inquietant pour ces deux familles, il a aussi utilise' des techniques de vente tres appuyees envers ces deux familles sous le rapport de la voie du maitre et du disciple, dans laquelle il est lui-meme le maitre... En substance, il utilise ces deux familles selon sa propre situation. Tout ce passe comme si il avait ordonne' que 'le pied devait etre moule' pour s'adapter au soulier'."

Dans ce manuscrit posthume, Ishida condamne entierement l'attitude d'Ikeda qui ne fut jamais considere' comme un maitre par son propre maitre.

La derniere volonte' et le testament de Toda sont une invention

Par ailleurs, le point culminant de ce manuscrit est le passage qui traite de "la fausse derniere requete" avancee par Daisaku lorsqu'il fut choisit pour devenir le troisieme president. Daisaku declare que le 16 mars 1958, le president Toda lui dit dans un ascenseur: "Je te laisse tout". De la meme maniere, il declare que le 29 du meme mois, le president Toda lui dit, juste avant la mort de ce dernier, "ne recule pas d'un pas. Ne relache pas ton effort dans ta poursuite". De nos jours, ceci est presente' comme "l'histoire authentique" de Gakkai. Parallelement a cela, Ishida tient les propos suivants. "La derniere requete que je recue eut lieu le 16 mars 1958, juste avant 4 heures de l'apres-midi. Toda declara: 'Le prochain president sera choisi par vous tous. Donc, soyez en bons termes les uns avec les autres'. Toutes les personnes presentes recurent ces paroles avec des sentiments de confiance totale. Ceci ne fut pas recu juste par moi seul, mais par presque 50 personnes dans l'assistance, y compris le directeur general Koizumi. Toutes ces personnes assistaient a la fete de celebration pour l'achevement du Grand Amphitheatre... Si les evenements s'etaient deroules selon les propos d'Ikeda, Toda sensei aurait trompe' le directeur general, les directeurs, les responsables de chapitre, les membres du comite' d'accueil, la responsable de la Division des Femmes, et les chefs de divisions des Jeunes Hommes et de Jeunes Filles. Reflechissons deux minutes. Est-ce-qu'une affaire aussi importante concernant tout Gakkai puisse avoir ete conduite dans un ascenseur? Ce serait horrifiant pour tout le monde, n'est-ce-pas"?

Ishida conclue ce point par des commentaires concernant le "dernier voeu et testament (de Josei Toda)" du 29 mars. "Le 18, le Grand Patriarche Nichijun Shonin rendit visite au chevet de Toda sensei, malade... (Toda sensei) etait incapable de repondre au Grand Patriarche. La visite dura 30 minutes, et pendant tout ce temps, il ne fut seulement capable que de repondre par des 'Hai, hai' ('je comprends, je comprends'). Et cela fut fait que par la voix la plus faible seulement... Apres le 20 mars, il fut incapable de se lever du lit, meme avec l'aide des autres. Sa condition physique declinait a grands pas, et il etait incapable de parler... En depit de ca, comment se peut-il qu'autour de ces moments-la, il ait pu attirer par deux fois Ikeda a cote' de son lit? Comment Ikeda recu-t-il par deux fois des instructions verbales de Sensei, qui etait incapable de pronocer une parole? Que fit-il, entendit-il les paroles sans voix de Sensei avec les oreilles de son esprit?... Tout est invention".

Ishida affirme que "Ikeda inventa la derniere volonte' et le testament de son Maitre". Nous avons precedemment relate' comment tous les deux etaient rivaux pour le poste de troisieme president. Mais meme par dessus tout ca, Ishida se trouvait en position de donner des directives dans Gakkai a partir d'un point de vue de connaissance de la theorie. A cote' de cela, Daisaku fit son ascension pour avoir ete' le "collecteur de reclamations" des compagnies financieres dirigees par le president Toda, et membre d'un groupe de "pratique reelle". A cote' de cela, leurs dispositions etaient totalement opposees. Mais il arriva a Ishida d'observer froidement Ikeda qui carressait des vues pour la presidence contre toutes apparances.

"Toda sensei disait: `ne prenez pas d'argent`. C'etait la philosophie d'economie de quelqu'un aux prises avec l'administration financiere et l'aide financiere exercees a l'echelle nationale. Les membres du Zaimu [les affaires financieres] etaient limites a un dizieme de l'effectif total... Ikeda est un 'Buddha' qui choisit de gerer les affaires selon ses propres convenances... Les preuves de cela sont sa gentille promesse que: 'si vous m'apportez de l'argent et des valeurs, votre bonne chance se developpera', et 'si vous appreciez ce que vous m'envoyez, alors votre bonne chance se developpera'. Mais, est-ce vrai?... Toda sensei disait: 'Gakkai progressera toujours dans la pauvrete''. Ikeda comprend cette declaration comme: 'Gakkai progressera eternellement dans l'opulence'. Il semble qu'Ikeda ne comprend pas le moins du monde la veritable intention cachee derriere ces declarations".

De cette maniere, Ishida critique le fait que Daisaku est couvert d'argent. "Il y a trois ans, dans mon voisinage, il y eut une histoire tragique concernant un dirigeant. Juste apres avoir donne' 10.000 dollars, ce qui etait tout ce qu'il avait, il devint malade et n'avait plus d'argent pour entrer a l'hopital. On dit que: 'la colere comprend a la fois le mal et la vertu'. Deviens cent fois plus en colere mon ami! Ceux qui donnerent 10.000 dollars devraient devenir cent fois plus irrites. Ceux qui donnerent 20.000 dollars devraient etre deux cent fois plus irrites... Pourquoi Ikeda n'a t-il jamais dit a ceux qui lui apportent de l'argent et des valeurs: 'si vous avez de l'argent et des valeurs a m'apporter, offrez-les plutot a un temple'? Une fois les dirigeants locaux (de la Prefecture de Saitama) offrirent du whisky delicieux au president Toda. Juste devant leurs yeux, ce dernier le jeta par la fenetre du bureau presidentiel, et apres les avoir reprimande', il commenca a leur donner des directives. Ou a disparu l'esprit de Toda sensei"? Quelquefois, Ishida reprimande gentillement son cadet Daisaku Ikeda, dans son oeuvre posthume.

Il n'y a aucune liberte' dans la Soka Gakkai

De plus, d'un revers de son epee, Ishida tranche a travers les problemes du Komeito relatifs a l'union de l'Eglise et de l'Etat. "Dans Gakkai, il n'y a aucune liberte' de propagation ni liberte' de refuser les directives d'Ikeda. Il n'y a aussi aucune liberte' s'agissant des relations de 'Maitre a Disciple'... En outre, il n'y a aucune liberte' de vote pour les membres de base de Gakkai. Soutenir un parti autre que le Komeito n'est pas bien. De plus, il n'y a aucune liberte' de comportement (a cause des restrictions que l'organisation met en place sur le temps libre des membres), et il n'y a aussi aucune liberte' pour ce qui concerne leurs propres depenses".

Le Komeito continue a critiquer le PLD, en soulignant ses elections baignant dans l'argent. Mais regardons les faits. Au Japon, quel est le parti politique qui possede le cout unitaire le plus eleve' pour chaque candidat elu et, par dessus tout, fait des personalites des autres partis leur propriete' privee?... C'est le Komeito qui baigne dans l'argent, avec ses depenses pour les journaux et les magazines, ses approvisionements secrets de fonds electoraux, ses depenses et cadeaux en nourritures, voyages et communications. Lorsque ceci et tout le reste sont additiones, ils ont le cout unitaire le plus eleve' pour chaque candidat elu. Ils dependent a 100% de leur influence financiere".

Dans ce manuscrit de 700 pages ecrit juste avant sa mort, Ishida discute tout de la personalite' d'Ikeda jusqu'au probleme de l'union de l'eglise et de l'etat. Par moments, il y met de l'humour, et a d'autres, il est tres dur. Tracant une comparaison avec les six philosophes influents de l'Inde centrale a l'epoque de Shakyamuni Bouddha, il identifie Daisaku aux "six maitres non-bouddhistes" et conclu qu'il est un "maitre spirituel frauduleux". <Selon le Departement de Presse de Gakkai, "Ishida quitta Gakkai et est quelqu'un qui, d'apres la terminologie bouddhique, fit taiten. Une telle personne dira diverses choses, et celles-ci sont toujours limitees a la maniere dont les choses auraient du etre faites en accord avec leurs propres idees. Gakkai a une histoire de soixante ans, et l'organisation continue de se developper. Nous n'avons aucune intention de repondre a chacun de ceux qui ont fait taiten".

En surface, Gakkai adopte une attitude d'indifference. Cependant, le journaliste Isao Dan s'entretint avec Ishida de son vivant et fait part de ses pensees. "J'ai entendu dire que la `derniere volonte et testament` d'Ishida est sorti, mais c'est la premiere fois que je le vois. Il donne beaucoup de descriptions bien informees, mais de plus, il accompagne les episodes avec des dates tout au long du livre. Elles sont authentiques. N'est-il pas de circonstance pour Gakkai de trembler? J'ai rencontre' Ishida il y a quinze ans, alors qu'il recuperait d'une maladie. D'abord il nia avoir une quelconque information, mais lorsque j'allai le voir une seconde fois, il possedait des donnees pour lesquelles il affichait une attitude de defit, disant: 'Aimeriez-vous debattre de ceci avec moi?!' Il etait aussi maigre qu'une grue, mais ses yeux etincellaient vraiment. L'entretien dura cinq heures, mais je me le rappelle disant: 'Ikeda n'etudie pas du tout le Bouddhisme', 'les theories d'Ikeda ne sont pas bonnes', et, 'sa specialite reside dans la mobilisation des gens'. A la fin de l'entretien, il declara: 'ecrivez ceci apres ma mort. Ce sera ma derniere volonte et testament', de sorte que je ne l'ai jamais publie' jusqu'a ce qu'il soit mort. Cependant, il a du me dire cela parce qu'il ecrivait assidument une vraie 'derniere volonte et testament'. C'est un materiel vraiment inestimable".

Dans les dernieres annees de sa vie, Ishida, que Gakkai considere comme ayant fait taiten, n'avait pas de contact avec son plus jeune frere Koushiro Ishida, le president du Komeito. Le president Ishida et leur jeune soeur, la femme du president Akiya, n'assisterent pas a la ceremonie d'enterrement de leur frere aine'.

Pourquoi il n'y a pas de limite aux gens qui sont alienes par Daisaku Ikeda, qui est suppose' etre un 'Bouddha Vivant"? Il est certain qu'a la lecture du manuscrit posthume d'Ishida, on trouvera la reponse a cette question.

Page d'accueil : soka Gakka´ - La Chambre d'Eclaircissement